Electricité biotique : mais qu’est-ce que c’est ?

Smartphones, wi-fi, écrans, les rayonnements électromagnétiques nous entourent, et il est prouvé qu’ils sont à l’origine de problèmes de santé. Une solution envisageable : l’électricité biotique ou biocompatible. Voici les clés pour comprendre ce que c’est.

L’électricité biotique : fonctionnement

Electricité biocompatible, électricité biotique, bioélectricité : des vocables différents pour désigner des systèmes pour lutter contre les rayonnements électromagnétiques. Objectif : réduire, voire annuler ces rayonnements générés par nos équipements domestiques. Une installation électrique biocompatible s’impose comme une nécessité, face à notre utilisation croissante de matériel électronique. Les champs électromagnétiques (CEM) sont nocifs et perturbent le fonctionnement des tissus cellulaires : céphalées, insomnies, anxiété, réduction de la libido, risques de développement de maladies (dont divers cancers) sont pointés du doigt dans les études scientifiques.

Tous les rayonnements ne sont évidemment pas en cause, car ils n’ont pas tous la même longueur d’onde et la même fréquence. Les rayonnements ionisants, à haute fréquence et émis par exemple par les substances radioactives, sont considérés comme les plus à risque. Les rayonnements dits non-ionisants, générés par des équipements tels que sèche-cheveux, ordinateurs, smartphones, sont des rayonnements de basse fréquence non dangereux.

Un premier pas : réduire les champs magnétiques

Plus le CEM possède une fréquence et une longueur d’onde élevées, plus il présente de risques pour la santé. En particulier, les enfants et les personnes âgées sont sensibles à leurs impacts. Trois moyens sont mis en œuvre pour réduire l’impact des rayonnements à l’intérieur de votre logement. D’abord, l’éloignement : individualiser les circuits et respecter des distances de sécurité, éviter de faire passer les câbles électriques sous les lits / canapés. Ensuite, la Protection : blinder les câbles à l’aide de gainages disponibles dans le commerce. Ce sont généralement des gainages en aluminium, qui captent les rayonnements et les mettent à terre. Enfin, la Coupure : utiliser des IAC (interrupteurs automatiques de champs), en complément des blindages. Ces mesures, préalables à une véritable électricité biotique, vous aideront déjà à réduire les CEM.

Construire une maison dotée d’électricité biocompatible

Chaque projet de rénovation ou de construction requiert un diagnostic bioélectrique. L’étendue des travaux varie en fonction des matériaux envisagés, du niveau de protection anti-CEM et de l’agencement de votre habitation. Le professionnel en charge du diagnostic examine les sources de pollution électromagnétique et mesure leur intensité. Les sources peuvent être intérieures et extérieures. Parmi les sources extérieures : antennes-relais, lignes moyenne et haute tension…

Parmi les sources intérieures : circuits non blindés, tableau électrique … le diagnostic permet au professionnel d’établir un plan d’installation chiffré des IAC et du blindage.

Pourquoi nettoyer et entretenir sa VMC ?
Chauffage d’appoint : lequel choisir ?